12 décembre 2007 3 12 /12 /décembre /2007 22:32
Coeur-sentimentalis.jpg
 
 
       
   
  
        
            
         
 
  
  
   
         
undefined  
   
 
Turn me around
interprète : acapella par Joan Baez  (an)

 
Ain't gonna let noboby turn me around
turn me around
turn me around
Ain't gonna let noboby turn me around
Keep on a-walkin
Keep on a-talkin
Gonna build a brand new world.

Ain't gonna let the administration turn me around
turn me around
turn me around
Ain't gonna let the administration turn me around
Keep on a-walkin
Keep on a-talkin
Gonna build a brand new world.

Ain't gonna let no first-strike policy turn me around
turn me around
turn me around
Ain't gonna let no first-strike policy turn me around
Keep on a-walkin
Keep on a-talkin
Gonna build a brand new world.

Ain't gonna let Indira Ghandi turn me around
turn me around
turn me around

Ain't gonna let Indira (how'd she get that name?)
Keep on a-walkin
Keep on a-talkin
Gonna build a brand new world

Ain't gonna let that Henry Kissenger turn me around
turn me around
turn me around
Ain't gonna let that killer Kissenger turn me around
Keep on a-walkin
Keep on a-talkin
Gonna build a brand new world.

Ain't gonna let nobody turn me around
turn me around
turn me around
Ain't gonna let nobody turn me around
Keep on a-swingin
Keep on a-singin
Gonna build a brand new world
Ecoutez et savourez la pulse de la voix
  
Déclaration d'amour
interprete : F. Gall - Paroles et musique : Michel Berger   (bonus : Starmania  tous les textes)
 

Quand je suis seule et que je peux rêver
Je rêve que je suis dans tes bras
Je rêve que je te fais tout bas
Une déclaration, ma déclaration

Quand je suis seule et que je peux inventer
Que tu es là tout près de moi
Je peux m'imaginer tout bas
Une déclaration, ma déclaration

Juste deux ou trois mots d'amour
Pour te parler de nous
Deux ou trois mots de tous les jours
C'est tout

Je ne pourrai jamais te dire tout ça
Je voudrais tant mais je n'oserai pas
J'aime mieux mettre dans ma chanson
Une déclaration, ma déclaration
  
Juste deux ou trois mots d'amour
Pour te parler de nous
Deux ou trois mots de tous les jours
C'est tout

Je veux des souvenirs avec toi,
Des images avec toi,
Des voyages avec toi
Je me sens bien quand tu es là

J'aime quand tu es triste
Et que tu ne dis rien
Je t'aime quand je te parle
Et que tu ne m'écoutes pas
 
Et pourtant.. je me sens bien quand tu es là

 
Une déclaration, ma déclaration

 
C'est bon que tu sois là
interprete : F. Gall - paroles et musique : Michel Berger
 
Tous ces mots qui condamnent
Comme c'est dur quelquefois
Ces images et ces drames
Qu'on ne connaissait pas
Et qui peuplent nos rêves
En nous tombant dessus
Et tous ces maquillages
Ces regards éperdus
Ces amis de passage
Qu'on ne reverra plus
Comme les chansons s'effacent

Moi je voulais te dire
C'est bon que tu sois là
 
C'était comme une urgence
Dans ces affreux combats
C'est bon que tu sois là
C'est comme une évidence
Dans mes yeux qui se noient
Je remercie ma chance
En répétant tout bas
C'est bon que tu sois là

Mais qu'est-ce qu'on nous demande
Mais qu'est-ce qu'on veut de nous
Qu'on supplie, qu'on marchande
Qu'on se mette à genoux
Comme les chansons s'envolent

Moi je voulais te dire
C'est bon que tu sois là
 
C'est comme une délivrance
Dans ce monde qui se bat
C'est bon que tu sois là
Dans cette indifférence
Où c'est chacun pour soi
Je remercie ma chance
En répétant tout bas
C'est bon que tu sois là
 
Tu es mon autre
Mauranne / L.Fabian (paroles : ?)  (la zic > ici <)
 
Ame ou sœur
Jumeau ou frère
De rien mais qui es-tu
Tu es mon plus grand mystère
Mon seul lien contigu
Tu m'enrubannes et m'embryonnes
Et tu me gardes à vue
Tu es le seul animal de mon arche perdue

Tu ne parles qu'une langue aucun mot déçu
Celle qui fait de toi mon autre
L'être reconnu
Il n'y a rien à comprendre
Et que passe l'intrus
Qui n'en pourra rien attendre
Car je suis seule à les entendre
Les silences et quand j'en tremble

Toi, tu es mon autre
La force de ma foi
Ma faiblesse et ma loi
Mon insolence et mon droit

Moi, je suis ton autre
Si nous n'étions pas d'ici
Nous serions l'infini

Et si l'un de nous deux tombe
L'arbre de nos vies
Nous gardera loin de l'ombre
Entre ciel et fruit
Mais jamais trop loin de l'autre
Nous serions maudits
Tu seras ma dernière seconde
Car je suis seule à les entendre
Les silences et quand j'en tremble

Toi, tu es mon autre
La force de ma foi
Ma faiblesse et ma loi
Mon insolence et mon droit

Moi, je suis ton autre
Si nous n'étions pas d'ici
Nous serions l'infini..
 
Quand je manque de toi
Garou (paroles : J. Venéruso)  (la zic > ici <)
 
Je peux laisser derrière
Ces nuits artificielles
Noyées de lumiere
Où plus rien n'est réel
Sans hésiter.
Je connais la valeur
De ces gloires fragiles
Où on vit le meilleur
Puis le plus difficile
Je peux m'en passer

Mais quand
Je manque de toi
Je manque de tout
De mon sang, de mes forces
Ma peau, mon écorce
Mon souffle de vie
Quand
Je manque de toi
Je manque de tout
De mon air, de mon ciel,
De tout l'essentiel
Qui remplit ma vie

Je pourrais ignorer
Ces regards de déesses
Qui savent bien cacher
Ce qui les interesse
Sans un regret.
Je pourrais arrêter
Ma course et mes combats
Si un jour je sentais
Qu'ils m'éloignent de toi
Je le ferais.

Mais quand
Je manque de toi
Je manque de tout
De mon sang, de mes forces
Ma peau, mon écorce
Mon souffle de vie
Quand
Je manque de toi
Je manque de tout
De mon air, de mon ciel,
De tout l'essentiel
Qui remplit ma vie

Quand
Je manque de toi
Je manque de tout
De mon sang, de mes forces
Ma peau, mon écorce
Mon souffle de vie
Quand
Je manque de toi
Oh je manque de tout
De tout l'essentiel
Qui remplit ma vie
Quand
Je manque de toi
C'est toi l'essentiel
Tu remplis ma vie
Je manque de toi.
 
Je n'attendais que vous
Garou (paroles : J. Venéruso)  (la zic > ici <)
 
On garde un soleil
Au fond de nous
Un feu qu'on réveille
Malgré tout
Malgré les douleurs d'hier
Tout à coup on espère

Au hasard d'un jour
Pareil aux autres
On se sent moins lourd
La vie nous porte
Pour un regard de lumière
Un seul aveu à faire

Je n'attendais que vous
Je n'espérais que vous
J'ai marché si longtemps
Je viens de loin
Le monde était grand
Et long le chemin
 
Je n'attendais que vous
Nulle autre que vous
J'attendais votre voix
Vos soupirs
Donnez-moi votre air
Qu'enfin je respire

On garde un peu d'or
Au fond de l'âme
Mais le temps dévore
Éteint la flamme
Jusqu'à ce jour de hasard
Et soudain on repart

On remplit nos yeux
D'autres couleurs
Est-ce qu'on y voit mieux ?
Est-ce qu'on est meilleur ?
Quand tout redevient si clair
Un seul aveu à faire

Je n'attendais que vous
Je n'espérais que vous
J'ai marché si longtemps
Je viens de loin
Le monde est trop grand
Trop long le chemin
 
Je n'attendais que vous
Nulle autre que vous
J'attendais votre voix
Vos soupirs
Donnez-moi votre air
Qu'enfin je respire
Vous, vous..

Je n'attendais que vous
Je n'espérais que vous
J'ai marché si longtemps
Je viens de loin
Le monde était grand
Et long le chemin

Je n'attendais que vous
Nulle autre que vous
J'attendais votre voix
Vos soupirs
Donnez-moi votre air
Qu'enfin je respire

Je n'attendais que vous
Je n'attendais que vous
Au fond de nous
Malgré tout
Malgré les douleurs

Je n'attendais que vous
Je viens de loin
Je n'espérais,
N'espérais que vous
Je n'attendais que vous.

Parle moi
Nâdiya  (paroles : ?)  (écouter la zic > ici <)
 
Parle-moi de tes guerres
Parle-moi de tes droits
Parle-moi de ce père
Qui te bat tant de fois
Parle-moi de tes peurs
Parle-moi je te crois
Parle-moi de ton coeur
Qui se meurt au combat

Blottie sans bruit
Le long du couloir
Là ou la lumière
Se perd et s'égare
Tu te replies
Perdue dans le noir
Suppliant l'homme
Qui te tue du regard
 
Parle-moi des journées de pluie
Parle-moi de ce qui fait ta vie
Parle-moi des milliers de cris
Qui hantent ton corps et te meurtrissent
Parle-moi petit à petit
Parle-moi encore quand tout se dit
Parle-moi un peu je t'en prie
Parle-moi..

Parce qu'aujourd'hui, au fond de ta chambre
Tu refais le lit de tes mains qui tremblent
Pense que demain, quand tu seras grande
Tout peut changer, demain peut te surprendre
Tu ne peux pas rester seule ici
Ne jamais abandonner ta vie
Tu ne peux pas t'enfermer dans l'oubli
Pour plus que jamais tu ne supplies
Parle moi..

Rester femme
Axelle Red  (paroles ?)  (écouter la zic > ici <)
 
Laisse-moi rester femme
Laisse-moi rester femme
Je ferai tout pour t'encourager
Ne pas t'étouffer
Pour que tu m'aimes
Je donnerai tout le temps qu'il faudra

Je porterai plus que mes bas noirs
Je ne te demanderai plus de m'appeler
Quand tu rentres tard

Et même si je voulais savoir
Où tu es et qui tu vois, qui te sépare de moi
Je ferai semblant de croire tes mensonges
Et j'aime autant fuir les gens que ça dérange
Mais laisse-moi rester femme
Ne fût-ce qu'en larmes

J'abandonnerai mes séries à savon
Je ne te comparerai plus aux héros de mes pulp fictions
Oh non
Mes discours de sécurité
Appartiennent au passé

Et même si je voulais savoir
Où tu es et qui tu vois, qui te sépare de moi
Je ferais semblant de croire tes mensonges
Et j'aime autant fuir les gens que ça dérange
Mais laisse-moi rester femme
Laisse-moi rester femme
sans arme

Laisse-moi rester femme
Laisse-moi rester femme
Je ferai tout pour t'encourager
Ne pas t'étouffer
Pour que tu m'aimes
Pour que tu m'aimes
Pour que tu m'aimes
 
Je ne vous oublie pas
Céline Dion (paroles : ?)  (écouter la zic > ici <)
 
Dans mes absences, parfois, sans doute
J'aurais pu m'éloigner
Comme si j'avais perdu ma route
Comme si j'avais changé

Alors j'ai quelques mots tendresse
Juste pour le dire
 
Je ne vous oublie pas, non, jamais
Vous êtes au creux de moi
Dans ma vie, dans tout ce que je fais

Mes premiers amours
Mes premiers rêves sont venus avec vous
C'est notre histoire à nous

Je ne vous oublie pas, non, jamais
Vous savez tant de moi
De ma vie, de tout ce que j'en fais

Alors mes bonheurs, mes déchirures se partagent avec vous
C'est notre histoire à nous
Je ne vous oublie pas

Parce que le temps peut mettre en cage
Nos rêves et nos envies
Je fais mes choix et mes voyages
Parfois j'en paye le prix
La vie me sourie ou me blesse
Quelle que soit ma vie

Je ne vous oublie pas, non, jamais
Vous êtes au creux de moi
Dans ma vie dans tout ce que je fais

Mes premiers amours
Mes premiers rêves sont venus avec vous
C'est notre histoire à nous

Je ne vous oublie pas

Même à l'autre bout de la terre
Je continue mon histoire avec vous

Je ne vous oublie pas

Non, Jamais
Vous êtes au creux de moi
De ma vie de tout ce que je fais
Mes premiers amours
Mes premiers rêves sont venus avec vous
C'est notre histoire à nous

Je ne vous oublie pas
Non jamais

Vous savez tant de moi
De ma vie de tout ce que j'en fais

Alors mes bonheurs, mes déchirures se partagent avec vous
C'est notre histoire à nous
Je ne vous oublie pas
 
Dites moi qui je suis
Hélène Segara (paroles ?)  (la zic  > ici <)
 
J'ai perdu dans tes grands yeux
Cette inconscience
Que l'on a quand on est deux
Si intense
J'ai aimé à cœur perdu
Et sans raison
 
Je n'suis qu'un ange déchu
Sans illusions
Et je te cherche dans la foule
Qui me dessèche
Et je m'écroule
Si seule, abandonnée
Comme une toute petite fille

Dites-moi qui je suis, qui je suis, qui je suis
Sans son amour
Moi qui n'ai plus de vie, plus de vie, plus de vie
Plus rien autour

Comme un papillon,
Aveuglé par l'amour
Qui ne peut même plus voler vers le jour
Mon cœur est prisonnier d'un flacon
Que le temps avait scellé de ton nom

Et je te cherche dans la foule
Qui me dessèche
Et je m'écroule
Si seule, abandonnée
Comme une toute petite fille

Dites-moi qui je suis, qui je suis, qui je suis
Sans son amour
Moi qui n'est plus de vie, plus de vie, plus de vie
Plus rien autour..
 
Parlez moi de nous
Hélène Segara (paroles ?)  (écouter la zic > ici <)
 
Avec le poids des années
J'ai cherché nos baisers
Mais après toi le verbe aimer
S'est fermé est comme usé

Il y a sur mon corps
Le feu de tes doigts
Ce qu'on croyait mort
A dormi tout au fond de moi
et s'éveille encore
Quelquefois..

Parlez-moi de nous
Parlez-moi du passé
Des rêves fous
Qu'on laisse s'envoler
Parlez-moi de nous
Des projets qu'on a faits
Quand on perd tout
Que fait-on des regrets ?
Que fait-on de ces regrets ?

Près de toi j'ai trop rêvé
A hier, à jamais
Mon cœur avait oublié
Quelque part de s'ancrer
Il y a sur mon corps
Le feu de tes doigts
Quelques fois

<  I believe in all these memories
I save apart this rich past
Cause this love is my last
I survive for all this hollow
My dreams of you
Dreams of you  >
    
Je te perdrai
Hélène Segara (paroles ?)  (écouter la zic > ici <)
 
Quelle que soit la manière
Dont mes mains te raccrochent
Même si notre univers
Nous garde toujours proches
Je te perdrai

Quelle que soit la lumière
Que j'ai mise à tes pieds
Mes rêves et mes prières
Au fond de moi je sais
Je te perdrai

Dans l'un de mes regards
Ici ou quelque part
Je te perdrai
Mais pas sans le savoir
Dans l'eau de ma douleur
En bâillonnant mon cœur

Tu partiras un jour
Pour un autre visage
Et malgré cet amour
Tu tourneras la page
Sans un regret
Tu ne me verras pas
Comme un vieil idéal
Un jour tu partiras..
Au fond de moi j'ai mal

Dans l'un de mes regards
Ici ou quelque part
Mais pas sans le savoir
Dans l'un de mes regards
Dans l'eau de ma douleur
En bâillonnant mon cœur

Dans l'un de mes regards
Ici ou quelque part
Mais pas sans le savoir
Dans l'eau de ma douleur
En bâillonnant mon cœur

Je te perdrai..
   
Tout
Lara Fabian (paroles : ?)  (écouter la zic > ici <)

 
Tout, tout
Tout est fini entre nous
J'ai plus la force du tout
D'y croire et d'espèrer

Tout, tout
A présent, je te dis tout
De ce vide entre nous
De tes mains désabusées
Tout, tout ce qui nous unit
Tout ce qui nous détruit au corps
Est à présent fini
 
Tout ces moments incompris
Ces instants indécis s'écrivent
Au passé aujourd'hui, c'est fini
Nous, on était pas comme les autres
On décidait d'être entre autre
Les plus forts, les plus fous
Nous on avait rien à prouver
Nous on avait rien à gâcher
Sauf notre liberté
 
Nous, on n'a rien vu passer
Rien vu se déchirer
Pas même la force de ces années
Nous, on a joué le tout pour le tout
On s'est dit on s'en fout
On a l'univers rien qu'à nous
On a tout

Sors, sors
De mon sang, de mon corps
Sors, toi qui me gardes encore
Au creux de tes regrets

Parle, parle
Dis-le moi sans trembler
Que t'en as plus rien à cirer
Parle, pleure et je comprendrai
Tu sais, tu sais que je peux tout entendre
Partir rester ou même me rendre
Que le ciel là-haut m'entende
 
Tout, tout, tout est fini entre nous
J'ai plus la force du tout d'y croire et d'espèrer
Tout, tout, tout est fini entre nous
Mais.. je garde l'espoir fou qu'un jour
on redira.. Nous
 
Parce que
Charles Aznavour
 
Parce que t'as les yeux bleus
Que tes cheveux s'amusent à défier le soleil
Par leur éclat de feu

Parce que tu as vingt ans

Que tu croques la vie comme en un fruit vermeil
Que l'on cueille en riant

Tu te crois tout permis et n'en fait qu'à ta tête
Désolée un instant prête à recommencer
 
Tu joues avec mon cœur comme un enfant gâté
Qui réclame un joujou pour le réduire en miettes

Parce que j'ai trop d'amour
Tu viens voler mes nuits du fond de mon sommeil
Et fais pleurer mes jours

Mais prends garde, chérie, je ne réponds de rien
Si ma raison s'égare et si je perds patience
Je peux d'un trait rayer nos cœurs d'une existence
Dont tu es le seul but et l'unique lien

Parce que je n'ai que toi

Le cœur est mon seul maître et maître de mon cœur
L'amour nous fait la loi

Parce que tu vis en moi
Et que rien ne remplace les instants de bonheur
Que je prends dans tes bras

Je ne me soucierai ni de Dieu, ni des hommes
Je suis prêt à mourir si tu mourrais un jour
Car la mort n'est qu'un jeu comparée à l'amour
Et la vie n'est plus rien sans l'amour qu'elle nous donne
 

Parce que je suis au seuil
D'un amour éternel je voudrais que mon cœur
Ne portât pas le deuil
 

Parce que...

>>> pour écouter la zic > ici
 
Il faut savoir
Charles Aznavour
 
Il faut savoir encore sourire
Quand le meilleur s'est retiré
Et qu'il ne reste que le pire
Dans une vie bête à pleurer

Il faut savoir, coûte que coûte
Garder toute sa dignité
Et malgré ce qu'il nous en coûte
S'en aller sans se retourner

Face au destin qui nous désarme
Et devant le bonheur perdu
Il faut savoir cacher ses larmes
Mais moi, mon cœur, je n'ai pas su

Il faut savoir quitter la table
Lorsque l'amour est desservi
Sans s'accrocher l'air pitoyable
Mais partir sans faire de bruit
 

Il faut savoir cacher sa peine
Sous le masque de tous les jours
Et retenir les cris de haine
Qui sont les derniers mots d'amour
 

Il faut savoir rester de glace
Et taire un cœur qui meurt déjà
Il faut savoir garder la face
Mais moi, mon cœur, je t'aime trop
 

Mais moi, je ne peux pas
Il faut savoir mais moi
Je ne sais pas...

 
Qui
Charles Aznavour
 
Qui frôlera tes lèvres
Et vibrant de fièvre
Surprenant ton corps
Deviendra ton maître
En y faisant naître
Un nouveau bien-être
Un autre bonheur ?
 

Qui prendra la relève
Pour combler tes rêves
Et sans un remords
D'un éclat de rire
Saura te conduire
À mieux me détruire
Au fond de ton cœur ?
 

Qui peut être cet autre
Qui sera cet intrus ?
Dans tout ce qui fut nôtre
Quand je ne serais plus ?

Qui prendra ta faiblesse
Avec des caresses
Et des mots d'amour
En couvrant d'oubli
Nos jours de folies ?
 
Qui prendra ta vie
Au bout de mes jours ?

Nous vivons à vingt ans d'écart
Notre amour est démesuré
 
Et j'ai le cœur au désespoir
Pour ces années
Car lorsque mes yeux seront clos
D'autres yeux vont te contempler

Aussi je lutte avec ce mot
De ma pensée

Qui sans que tu protestes
Refera les gestes

Qui ne sont qu'à nous
Lorsque je t'embrasse
Lorsque je t'enlace

Qui prendra ma place
Autour de ton cou ?

Qui connaîtra tes scènes
De folie soudaine
Ou bien de courroux ?

Qui aura la chance
D'avoir ta présence
Souvent quand j'y pense
Je deviens jaloux

Qui ? nul ne peut le dire
Qui ? nous n'en savons rien

Et mon cœur se déchire
En pensant que quelqu'un

Te prendra un je t'aime
Et par ce je t'aime
Je le sais déjà
Il prendra ta bouche
Il prendra ta couche
Et m'enterrera
Pour la seconde fois...

30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 21:16
P a r o l i s   @   L i f e
    
  
 
Hier encore
Charles Aznavour (paroles ?)  (écouter la zic > ici <)
 
J'avais vingt ans
Je caressais le temps
Et jouais de la vie
Comme on joue de l'amour
Et je vivais la nuit
Sans compter sur mes jours
Qui fuyaient dans le temps

J'ai fait tant de projets
Qui sont restés en l'air
J'ai fondé tant d'espoirs
Qui se sont envolés
Que je reste perdu
Ne sachant où aller
Les yeux cherchant le ciel
Mais le coeur mis en terre

Hier encore
J'avais vingt ans
Je gaspillais le temps
En croyant l'arrêter
Et pour le retenir
Même le devancer
Je n'ai fait que courir
Et me suis essoufflé

Ignorant le passé
Conjuguant au futur
Je précédais de moi
Toute conversation
Et donnais mon avis
Que je voulais le bon
Pour critiquer le monde
Avec désinvolture

Hier encore
J'avais vingt ans
Mais j'ai perdu mon temps
A faire des folies
Qui ne me laissent au fond
Rien de vraiment précis
Que quelques rides au front
Et la peur de l'ennui

Car mes amours sont mortes
Avant que d'exister
Mes amis sont partis
Et ne reviendront pas
Par ma faute j'ai fait
Le vide autour de moi
Et j'ai gâché ma vie
Et mes jeunes années

Du meilleur et du pire
En jetant le meilleur
J'ai figé mes sourires
Et j'ai glacé mes pleurs
Où sont-ils à présent
A présent mes vingt ans?
  
Mes emmerdes
Charles Aznavour  (paroles ?)  (écouter la zic > ici <)
 
J'ai travaillé
Des années
Sans répit
Jour et nuit
Pour réussir
Pour gravir
Les sommets
En oubliant
Souvent
Dans ma course contre le temps
Mes amis, mes amours, mes emmerdes

A corps perdu
J'ai couru
Assoiffé
Obstiné
Vers l'horizon
L'illusion
Vers l'abstrait
En sacrifiant
C'est navrant
Je m'en accuse à présent
Mes amis, mes amours, mes emmerdes

Mes amis c'était tout en partage
Mes amours faisaient très bien l'amour
Mes emmerdes étaient ceux de notre âge
Où l'argent c'est dommage
Eperonnait nos jours

Pour être fier
Je suis fier
Entre nous
Je l'avoue
J'ai fait ma vie
Mais il y a un mais
Je donnerais
Ce que j'ai
Pour retrouver
Je l'admets
Mes amis, mes amours, mes emmerdes

Mes relations - Ah! mes relations
Sont - Vraiment sont
Haut placées - Très haut placées
Décorées - Très décorées
Influents - Très influents
Bedonnants - Très bedonnants
Des gens bien - Très très bien
Ils sont sérieux - Trop sérieux
Mais près d'eux - Tout près d'eux
J'ai toujours le regret
De mes amis, mes amours, mes emmerdes

Mes amis étaient plein d'insouciance
Mes amours avaient le corps brûlant
Mes emmerdes aujourd'hui quand j'y pense
Avaient peu d'importance
Et c'était le bon temps

Les canulars
Les pétards
Les folies
Les orgies
Le jour du bac
Le cognac
Les refrains
Tout ce qui fait
Je le sais
Que je n'oublierai jamais
Mes amis, mes amours, mes emmerdes.
Pour écouter les merveilleuses chansons de Charles Aznavour > ici
i
Quand j'ai peur de tout
Interprete : Patricia Kaas - paroles et musique : ?
 
Les enfants qui s'élancent
Une même apparence
Des éclats de soleil
Des rayons d'innocence
Avant la prudence
Avant la malchance
Des enfants pareils

Y a t-il un seuil
Y a t-il un deuil
Y a t-il un signe
Ou est-ce un doigt qui désigne
C'est le seul
Lui, qui va renoncer pas à pas
Comment sont t-ils
Ces gens trop fragiles
Ceux qui ne savent pas

Vivre quand tout lâche
Quand tout casse
Quand tout cloche
Quand tout les blues on salit ta raison
Ta maison, tes saisons
Quand tout est sombre plus rien n'est doux
Quand j'ai peur de tout

Si ma vie je l'invente
Légère et insouciante
Elle..
Je la croise au hasard
Dans les rues, dans les bars
Fatiguée, docile
Envie d'ailleurs, mais immobile
Je ressens tout ça
tout ce froid

Cette lézarde au mur
Je la sais elle est la toujours au font de moi
Et parfois je coule
Comme une pierre qui roule
Qui roule si bas

Si j'avais pu m'enfermer dans tes bras
M'enfermer, me protéger
Mais où es-tu dans ces moments la
Qui pourrait m'apaiser ?
Oh... quand j'ai peur de tout..
 
Tout le bonheur du Monde
Sinsemilia
 
On vous souhaite tout le bonheur du monde
Et que quelqu'un vous tende la main
Que votre chemin évite les bombes
Qu'il mène vers de calmes jardins.

On vous souhaite tout le bonheur du monde
Pour aujourd'hui comme pour demain
Que votre soleil éclaircisse l'ombre
Qu'il brille d'amour au quotidien.

Puisque l'avenir vous appartient
Puisqu'on n'contrôle pas votre destin
Que votre envol est pour demain
Comme tout c'qu'on a à vous offrir
Ne saurait toujours vous suffire
Dans cette liberté à venir
Puisqu'on sera pas toujours là
Comme on le fut aux premiers pas.

Toute une vie s'offre devant vous
Tant de rêves à vivre jusqu'au bout
Sûrement plein de joie au rendez-vous
Libres de faire vos propres choix
De choisir quelle sera votre voie
Et où celle-ci vous emmènera
J'espère juste que vous prendrez le temps
De profiter de chaque instant.

Chais pas quel monde on vous laissera
On fait d'notre mieux, seulement parfois,
J'ose espérer que c'la suffira
Pas à sauver votre insouciance
Mais à apaiser notre conscience
Aurais-je le droit de vous faire confiance ?

On vous souhaite tout le bonheur du monde
Et que quelqu'un vous tende la main
Que votre chemin évite les bombes
Qu'il mène vers de calmes jardins...

On vous souhaite tout le bonheur du monde
Pour aujourd'hui comme pour demain
Que votre soleil éclaircisse l'ombre
Qu'il brille d'amour au quotidien.
Sinesemilia (paroles)  Ecouter le soleil > ici
   
L'hymne de nos campagnes
Tryo
 
Si tu es né dans une cité HLM
Je te dédicace ce poème
En espérant qu'au fond de tes yeux ternes
Tu puisses y voir un petit brin d'herbe
Et les mans faut faire la part des choses
Il est grand temps de faire une pause
De troquer cette vie morose
Contre le parfum d'une rose

C'est l'hymne de nos campagnes
De nos rivières, de nos montagnes
De la vie man, du monde animal
Crie-le bien fort, use tes cordes vocales!

Pas de boulot, pas de diplômes
Partout la même odeur de zone
Plus rien n'agite tes neurones
Pas même le shit que tu mets dans tes cônes
Va voir ailleur, rien ne te retient
Va vite faire quelque chose de tes mains
Ne te retourne pas ici tu n'as rien
Et sois le premier à chanter ce refrain

Assieds-toi près d'une rivière
Ecoute le coulis de l'eau sur la terre
Dis-toi qu'au bout, hé ! il y a la mer
Et que ça, ça n'a rien d'éphémère
Tu comprendras alors que tu n'es rien
Comme celui avant toi, comme celui qui vient
Que le liquide qui coule dans tes mains
Te servira à vivre jusqu'à demain matin!
 
Assieds-toi près d'un vieux chêne
Et compare le à la race humaine
L'oxygène et l'ombre qu'il t'amène
Mérite-t-il les coups de hache qui le saigne ?
Lève la tête, regarde ces feuilles
Tu verras peut-être un écureuil
Qui te regarde de tout son orgueuil
Sa maison est là, tu es sur le seuil...

Peut-être que je parle pour ne rien dire
Que quand tu m'écoutes tu as envie de rire
Mais si le béton est ton avenir
Dis-toi que c'est la forêt qui fait que tu respires
J'aimerais pour tous les animaux
Que tu captes le message de mes mots
Car un lopin de terre, une tige de roseau
Servira la croissance de tes marmots !
Tryo (paroles)  (écouter la verdure  > ici < ou > ici <)
.
Les mondes engloutis (1985)
 
"Prologue"

Depuis le Grand Cataclysme,
Les Arkadiens vivaient blottis
Au centre de la Terre.
Ils avaient tout oublié de leur passé.
ainsi l'avaient voulu leurs ancêtres.
Jusqu'au jour où leur soleil, le Shagma, tomba malade.
Alors les enfants d'Arkadia
Osèrent entrer dans le musée interdit.
Ils y retrouvèrent quelques traces du passé
Mais aucun plan du Shagma.
Alors les enfants créèrent
Puis envoyèrent vers la surface de la terre
Leur messagère Arkana...

"La chanson"

Toi, enfant de la Terre écoute-moi
Toi qui as le secret du Shagma
Dans toutes les strates et les mondes engloutis
Suis Spartakus, Bob, Rebecca

O vous, enfants de lumière suivez-moi
Vous qui connaissez notre passé
Vers Arkadia, vers les Mondes Engloutis
Pour nous sauver la vie ...

Suis les Mondes Engloutis
Jusqu'au creux de la Terre
Enfant pars et vole avec nous
Au fond des univers
Enfant suis les Mondes Engloutis
Jusqu'au creux de la Terre

Sors de la nuit de la mer et du temps
Revis les légendes que porte le vent
Va vaincre le mystère, la faim, le froid
Suis Spartakus, Bob, Arkana

O toi, enfant du ciel marche sans effroi
Dis-nous que demain il revivra
Sors le Shagma le soleil de l'oubli
Des mondes engloutis

Suis les Mondes Engloutis
Jusqu'au creux de la Terre
Enfant pars et vole avec nous
Au fond des univers
Enfant suis les Mondes Engloutis
Jusqu'au creux de la Terre

Va enfant de la terre droit devant toi
Toi qui a le secret de la joie
Vers le shagma, vers les mondes engloutis
Va, droit vers l'infini ...
Les mondes engloutis : info :
F - 1985 - interprète : prologue : Jean Negroni, chanson : les minis stars - musique : Vladimir Cosma - auteur du dessin animé : Nina Wolkmark

 

Ecoutez la zic >
ici 
i
L'air du vent
Native
 
Pour toi, je suis l'ignorante sauvage
Tu me parles de ma différence
Je crois sans malveillance
Mais si dans ton langage
Tu emploies le mot sauvage
C'est que tes yeux sont remplis de nuages, de nuages

Tu crois que la terre t'appartient tout entière
Pour toi ce n'est qu'un tapis de poussière
Moi je sais que la pierre, l'oiseau et les fleurs
Ont une vie, ont un esprit et un cœur.

Pour toi l'étranger ne porte le nom d'homme
Que s'il te ressemble et pense à ta façon
Mais en marchant dans ses pas, tu te questionnes
Es-tu sûr, au fond de toi, d'avoir raison ?
Comprends-tu le chant d'espoir du loup qui meurt d'amour ?

Les pleurs du chat sauvage au petit jour ?
Entends-tu chanter les esprits de la montagne ?
Peux-tu peindre en mille couleurs l'air du vent ?
(bis)

Courons dans les forêts d'or et de lumière
Partageons-nous les fruits mûrs de la vie
La terre nous offre ces trésors, ces mystères
Le bonheur ici bas n'a pas de prix.

Je suis fille des torrents, sœur des rivières
La loutre et le héron sont mes amis
Et nous tournons tous ensemble au fil des jours
Dans un cercle une ronde à l'infini.

Comprends-tu le chant d'espoir du loup qui meurt d'amour ?
Les pleurs du chat sauvage au petit jour ?
Entends-tu chanter les esprits de la montagne ?
Peux-tu peindre en mille couleurs l'air du vent ?
Peux-tu peindre en mille couleurs l'air du vent ?

Là-haut le sycomore dort comme l'aigle royal il trône impérial
Les créatures de la nature ont besoin d'air pur
Peu importe la couleur de leur peau
Chantons tous en chœur les chansons de la montagne
En rêvant de pouvoir peindre l'air du vent
Mais la terre n'est que poussière tant que l'homme ignore comment
Il peut peindre en mille couleurs l'air du vent.
Pocahontas (native)
Paroles: Luc Aulivier, Philippe Videcoq, 1995
Titre original "Colors of the wind"  (écoutez la zic > ici)
  
Chauffard
F. Cabrel
 
Y a les bandes blanches qui défilent
Et ta vie qui s'accroche à son fil
Toi, tu es dans la zone rouge du compteur
Mais tu ne t'occupes plus des couleurs
Il faut surtout pas que tes mains tremblent
Car, il y a les troncs des arbres qui t'attendent

Même dans les passages difficiles
Y a les bandes blanches qui défilent
Y a le vent qui siffle sous les tôles
Et le cri des pneus quand tu décolles
Et derrière toi la nuit qui retombe
Sur le sillage étroit de ta bombe

Est-ce que c'est ton cœur qui fait hurler la machine
Ou bien le moteur qui bat dans ta poitrine
Et qui propulse ton projectile
Entre les bandes blanches qui défilent

Chauffard !

Tu vois le monde autour dans des brumes liquides
Et c'est pour ça que tu cours toujours sur la voie rapide
 
Tu pousses la musique jusqu'au plus fort
Pour pas sentir les doigt de la mort
Et ni les chiens qui aboient dans leur sommeil
Ni les hommes de loi que tu réveilles
Tu vois quelques tâches claires sur le dos des camions
Quelques mots de travers sur des panneaux bidons
 
Et ton sang fait monter les aiguilles
Jusqu'au rouge des feux que tu grilles
Chauffard, chauffard
Tu vois le monde autour dans des brumes liquides
Et c'est pour ça que tu cours toujours sur la voie rapide

Chauffard !
 
Tu dis que tu connais ton nom par cœur
Et que tu préfères le son de ton moteur
Que si jamais personne ne t'arrête
T'iras te crasher sur le fond de la planète
Et que tu vibres quand les virages s'avancent
Et que la vitesse te laisse ta chance
Et que t'es jamais aussi tranquille
Que quand les bandes blanches défilent

Tu vois le monde autour dans des brumes liquides
Et c'est pour ça que tu cours toujours sur la voie rapide
Tu vois le monde autour dans des brumes liquides
Et c'est pour ça que tu cours toujours sur la voie rapide

Chauffard,
Chauffard, Chauffard
Chauffard, chauffard, chauffard !
Francis Cabrel (paroles)  écouter la zic en  live > ici
 
> lien zic > lyricwiki.org (paroles free s-pub)
  
Les oiseaux de passages
Georges Brassens
 
Ohhh vie heureuse des bourgeois
Qu'avril bourgeonne
Ou que décembre gèle
Ils sont fiers et contents
 
Ce pigeon est aimé trois jours par sa pigeonne
Ca lui suffit... il sait que l'amour n'a qu'un temps

Ce dindon a toujours béni sa destinée
Et quand vient le moment de mourir il faut voir
Cette jeune oie en pleurs
C'est là que je suis née
 
Je meurs près de ma mère et j'ai fait mon devoir

Elle a fait son devoir
C'est-à-dire, que oncques..
Elle n'eut de souhait impossible
Elle n'eut aucun rêve de lune
Aucun désir de jonque
 
L'emportant sans rameurs sur un fleuve inconnu

Et tous sont ainsi faits
Vivre la même vie
Toujours pour ces gens-là cela n'est point hideux
 
Ce canard n'a qu'un bec, et n'eut jamais envie
Ou de n'en plus avoir ou bien d'en avoir deux

Ils n'ont aucun besoin de baiser sur les lèvres
Et loin des songes vains
Loin des soucis cuisants
 
Possèdent pour tout cœur un viscère sans fièvres
Un coucou régulier et garanti dix ans

Ohhh les gens bienheureux...

Tout à coup, dans l'espace
Si haut qu'il semble aller lentement, un grand vol
En forme de triangle arrive, plane et passe
Où vont-ils ?
Qui sont-ils ?
 
Comme ils sont loin du sol

Regardez-les passer
Eux, ce sont les sauvages
Ils vont où leur désir le veut, par-dessus monts
Et bois, et mers, et vents, et loin des esclavages
 
L'air qu'ils boivent feraient éclater vos poumons

Regardez-les !
 
Avant d'atteindre sa chimère
Plus d'un, l'aile rompue et du sang plein les yeux, mourra
Ces pauvres gens ont aussi femme et mère
Et savent les aimer aussi bien que vous, mieux
 

Pour choyer cette femme et nourrir cette mère
Ils pouvaient devenir volaille comme vous
Mais ils sont avant tout les fils de la chimère
Des assoiffés d'azur, des poètes, des fous
 
Regardez-les, vieux coq, jeune oie édifiante
Rien de vous ne pourra monter aussi haut qu'eux
Et le peu qui viendra d'eux à vous, c'est leur fiente
Les bourgeois sont troublés de voir passer les gueux....

Ecoutez la zic de Brassens > ici
 
Mourrir pour des idées
Georges Brassens
 
Mourir pour des idées, l'idée est excellente
Moi j'ai failli mourir de ne l'avoir pas eu

Car tous ceux qui l'avaient, multitude accablante
En hurlant à la mort me sont tombés dessus

Ils ont su me convaincre et ma muse insolente
Abjurant ses erreurs, se rallie à leur foi
Avec un soupçon de réserve toutefois
Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente,
D'accord, mais de mort lente

Jugeant qu'il n'y a pas péril en la demeure
Allons vers l'autre monde en flânant en chemin

Car, à forcer l'allure, il arrive qu'on meure
Pour des idées n'ayant plus cours le lendemain

Or, s'il est une chose amère, désolante
En rendant l'âme à Dieu c'est bien de constater
Qu'on a fait fausse route, qu'on s'est trompé d'idée
Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente
D'accord, mais de mort lente

Les saint jean bouche d'or qui prêchent le martyre
Le plus souvent, d'ailleurs, s'attardent ici-bas

Mourir pour des idées, c'est le cas de le dire
C'est leur raison de vivre, ils ne s'en privent pas
Dans presque tous les camps on en voit qui supplantent
Bientôt Mathusalem dans la longévité

J'en conclus qu'ils doivent se dire, en aparté
"Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente
D'accord, mais de mort lente

Des idées réclamant le fameux sacrifice
Les sectes de tout poil en offrent des séquelles
Et la question se pose aux victimes novices

Mourir pour des idées, c'est bien beau mais lesquelles ?
Et comme toutes sont entre elles ressemblantes
Quand il les voit venir, avec leur gros drapeau
Le sage, en hésitant, tourne autour du tombeau

Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente
D'accord, mais de mort lente

Encore s'il suffisait de quelques hécatombes
Pour qu'enfin tout changeât, qu'enfin tout s'arrangeât

Depuis tant de "grands soirs" que tant de têtes tombent
Au paradis sur terre on y serait déjà
Mais l'âge d'or sans cesse est remis aux calendes
Les dieux ont toujours soif, n'en ont jamais assez

Et c'est la mort, la mort toujours recommencée
Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente
D'accord, mais de mort lente

O vous, les boutefeux, ô vous les bons apôtres
Mourez donc les premiers, nous vous cédons le pas
Mais de grâce, morbleu! laissez vivre les autres

La vie est à peu près leur seul luxe ici bas
Car, enfin, la Camarde est assez vigilante
Elle n'a pas besoin qu'on lui tienne la faux
Plus de danse macabre autour des échafauds

Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente
D'accord, mais de mort lente

Ecoutez la zic de G. Brassens > ici
 
Liberta
Pep's
 
Tu sais qu'il y a un bateau qui mène au pays des rêves
Là-bas où il fait chaud, le ciel n'a pas son pareil
Tu sais qu'au bout de cette terre
Ouiiii les gens s'aiment
Des milliers de graines de joie comme pousse ici la haine
On m'avait dit petit gars
Là-bas on t'enlève tes chaines
On te donne une vie
Sans te jeter dans l'arène

Comme ici tout petit après neuf mois à peine
On te plonge dans une vie où tu perds vite haleine
Alors sans hésiter
J'ai sauté dans la mer
Rejoindre ce vaisseau
Et voir enfin cette terre
Là-bas trop de lumière
J'ai du fermerrrr les yeux
Mais rien que les odeurs
Remplissaient tous mes vœux

(refrain)
I just wanna be free in this way
Just wanna be free in my world
viberez per libertad
Vivere la libertà

(traduction des 2 premières lignes du refrain en fr)

Je veux être libre de cette ce chemin (manière/façon)
Il suffit de vouloir être libre dans mon monde

Alors une petite fille aussi belle que nature
Me prit par la main et m'dit : " Suis cette aventure "
On disait même oh oui que la mer l'enviait,
Que la montagne se courbait pour la laisser passer
Elle m'emmena au loin avec une douceur sans fin
Ses bouclettes dorées dégageaient ce parfum
Qui depuis des années guidait ce chemin
Ton chemin, mon chemin, le chemin...
(refrain)
I just wanna be free in this way
Just wanna be free in my world
viberez per libertad
Vivere la libertà

Pour arriver enfin à ces rêves d'enfants
Qui n'ont pas de limites comme on a maintenant
J'ai vu des dauphins nager dans un ciel de coton
Où des fleurs volaient caressant l'horizon
J'ai vu des arbres pousser remplaçant les gratte-ciels
J'ai vu au fond de l'eau une nuée d'hirondelles

(refrain)
I just wanna be free in this way
Just wanna be free in my world
viberez per libertad
Vivere la libertà
fin.....

Ecoutez la zic > ici
 
 

Blog Alliance Evolutis 3.0 >>> Contact

  • : Alliance Evolutis 3.0
  • Alliance Evolutis 3.0
  • : Espace virtuel free by expression all about world infos - no tabou - no limit of explorations
  • Contact

Blog Alliance Evolutis 3.0 >>> Auteur Du Blog

  • ibios
  • ibios : auteur de ce blog à 100%
  • ibios : auteur de ce blog à 100%

ZIC & RADIO

  

   

   

  R A D I O S

  Radio musicMe
  > 
Radio (info) R.com
  Radio Zap.ch
  >  Radio.fr (zap.radios)
  >
  Radio zap.jazz
  >  Radio world (Tun3r)

Rechercher (Sur Ce Blog)

WEB UTIL's

Zap-Utils.png        

FLASH EARTH + G-MAP'S  + G-SKY

            

>  WEB-TV SCIENCES & DOCU

  

>  INFLUENCEURS.NET

                    

>  MAJAMBA.ME

            

>  PALETTE DES COULEURS

               

>  CORRECTEUR OTHOGRAPHIQUE

            

>  LE JOURNAL DU BLOG

                  

>  PROXY WORLD LIST

            

>  INFO SANTÉ & ALIMENTS

                   

>  NOTRE PLANETE INFO

                

>  PLANETE ATTITUDE

                 

>  ENCYCLOPEDIE DES ALIMENTS

            

>  MOZILLA "FIREFOX & Cie"

             

PAINT.NET  /  SÉCU & PC INFO+

          

>  Y-MAGINERE NEW WEBZINE

                            

>  ACCÈS INTERNET (INFO+)

                  

>  BIT & BYTE ?

            

>  LE POIDS D'UNE PAGE INTERNET ?

               

>  DROIT & PROTECTION DONNEES

 

BLOG H2oo > INFO+

Walker of life

     

 

 

     

h2ooLE BLOG H2oo
  
Titre du blog
Alliance Evolutis 3.0
Url du blog
h2oo.over-blog.org
        


Exotic life - Free expressifs - Nature - Cheval - Chat - Ecologia - Sciences - Photo - Art - Océan - Dessin's & Art - Psy - Philo - Voyage - Astro - Ciné  - Zic - Lien - Zap - Découvertes...
 


- Espace libre : no tabou & no pub
- L'esprit du blog : coloré & hétéroclite
- Les Articles : infos, repérages & explorations
- Les Extra : découvertes, bonus, gadgets

                

BLOG H2oo : VISUEL > PAGES AFFICHÉES
 
-   pour diminuer ou agrandir la taille de la page affichée à l'écran ; touches clavier
    =>  ctrl + molette    
ou     ctrl & shift & +
 
-   Blog optimisé pour écran 16/9" 
FF

 

BLOG H2oo : 3 PAGES BONUS +
 
Accès interface codée : ?
Album images perso "colors & face"
Liste des raccourcis : clavier pc

 


WHAT NEW'S
I N F O   B L O G   H2oo

                                  
   > > > > > > > > >     2017
   
Barre-cligno-bit-s.gif

 

Ecrire-un-comm.pngMain-D-jpg

Photos Box Of Jml

METEO WORLD

 

INFO METEO
                 
W-C  M-L W-C M-M ECLAIRS
CH & L+L METEO 1
METEO 2
METEO ici METEO D PHENOM
   

BOX À LIENS